Bienvenue sur le site de la maison connectée

Bonjour à tous !

maisonconnectee illustration Bienvenue sur le site de la maison connectéeJe vous souhaite la bienvenue sur mon nouveau site, entièrement consacré à la maison connectée. Nous allons discuter de domotique et de tout ce qui accompagnera la vie de millions de personnes demain. Les offres qui émergent aujourd’hui élargissent le champs des possibles tout en étant de mieux en mieux acceptées par leur bénéficiaire. La réduction des prix des produits et services de la maison connectée accélèrent rapidement sa démocratisation. Tout comme les terminaux mobiles qui sont devenus de vrais télécommandes etpermettent désormais de contrôler l’ensemble de sa maison. Mais il n’y a pas que les smartphones ! Les tablettes sont capables de piloter des hélicoptères miniatures ! Avec la convergence des écrans, et la multiplication des échanges entre les objets (M2M), la simplicité est à portée de main.

Cependant, comme pour les télévisions connectées, le marché peine à naitre.

D’abord , car chaque constructeur, éditeur de service, fournisseur de solution impose sa norme, son protocole de communication et d’interconnexion. Imposer une ou deux normes, afin de faciliter l’émergence de la maison connectée n’est pas une mince affaire. Et ce ne sont pas les acteurs de la normalisation HbbTV qui nous diront aujourd’hui le contraire. Le processus de standardisation est nécessaire pour rompre avec la fragmentation du marché et favoriser l’une des clés de ce marché : l’interopérabilité des objets. Si l’on considère la set-top box comme le centre névralgique de la maison connectée, alors les premiers concernés par ces coûts supplémentaires d’interopérabilités sont les principaux FAI. Car chaque solution s’accompagne nécessairement d’une plateforme de distribution, d’une mise en œuvre et d’une commercialisation spécifique. Sans parler de la maintenance.

La Maison Connectée Bienvenue sur le site de la maison connectée

Ensuite, cette multiplication des dispositifs se ressent directement chez les utilisateurs. Ceux-là même qui souhaitent disposer de tous les services imaginables, n’envisagent pas pour autant d’installer d’autres boitiers chez eux. Pourtant, les solutions « tout en un » n’existent pas. Comment dans ce cas là, concilier les appétences pour ces services de domotiques avec la gène engendrée par leur installation, leur configuration et leur utilisation ?

Puis il s’agira de déterminer la chaine de valeur. Plus simplement, parvenir à identifier qui est responsable de tel ou tel dysfonctionnement. Le problème se pose déjà avec les set-top box et les services vidéos proposés. Par exemple, si j’ai un problème avec ma VOD, dois-je m’adresser au producteur, à l’éditeur, ou au distributeur ? Ne serait-ce pas plutôt la faute du constructeur ? Autant de questions que se posera nécessairement l’utilisateur final, et qui, à défaut d’explications claires, seront un frein indéniable.

Finalement, il s’agira de veiller à la sécurité, ou plutôt la protection, des données des utilisateurs. L’arrivé de la technologie de l’information ne se fait pas sans soulever des interrogations chez certains utilisateurs. Par exemple, ma télévision Samsung peut-elle me filmer à mon insu (pour information, il n’y a ni LED d’activation, ni cache physique sur une caméra positionnée au dessus des modèles connectées haut de gamme 2012) ?

En conclusion, la maison connectée saura conquérir le grand public lorsque auront abouti :

  • un processus de normalisation de l’interconnexion, prenant en compte la nécessaire protection des utilisateurs
  • les objets connectées seront simples à mettre en œuvre comme à utiliser
  • les responsabilités des différents acteurs sera plus claires aux yeux du public
  • les appareils seront plus discrets et mieux intégrer dans la maison connectée